BENOIT DECQUE

.
—› CV / CONTACT
—› REPORTAGES VIDÉO
—›
REVUE DE PRESSE


TRAVAUX

—› PEINTURES
—› DESSINS
—› INSTALLATIONS PAYSAGÈRES
—› INSTALLATIONS URBAINES
—› INSTALLATIONS MURALES
—› INSTALLATIONS
—› PERFORMANCES
—› CURIOSITÉS
—› CURIOSITÉS ARCHITECTURALES


.



. . .




LA DEUXIÈME FLÈCHE

La cathédrale de Strasbourg a toujours eu deux flèches !
Chacun d’entre nous, dés son premier contact avec Strasbourg, que nous ayons été visiteur d’un jour, touriste émerveillé ou bien strasbourgeois de toujours, nous avons tous cru qu’il manquait quelque chose à la cathédrale, peut être sa flèche sud!
C’est que ce jour là nous n’avions pas su voir et encore moins regarder.
Cher visiteur d’un jour, touriste émerveillé ou bien strasbourgeois de toujours, cher adepte de la symétrie et de la “chose” bien finie, je vous invite à de vivre un événement sans nul pareil : découvrir la cathédrale de Strasbourg avec ses deux flèches et, ceci sans aucun trucage photographique, sans imagerie de synthèse et sans recours à ce que certains appellent la réalité virtuelle!
Je vous propose de venir rue Mercière à Strasbourg, et plus précisément au n°6, à l’angle que fait cette rue avec la rue du vieil hôpital. Ici, il existe une boutique appelée “Nappes d’Alsace” : en dehors du fait que cet boutique vend de très belles nappes avec toute une série d’autres accessoires divers et variés destinés à l’art… de la table, cette boutique dispose, rue Mercière, d’une grande vitrine avec une découpe en arc dite “en plein cintre”. Ami visiteur d’un jour, touriste émerveillé ou bien strasbourgeois de toujours, ami adepte de la symétrie et de la “chose” bien finie, approche toi de cette vitrine et plus précisément de son angle droit, tourne toi alors face à la cathédrale et incline la tête vers le haut de la vitrine, comme si tu devais en examiner le “plafond” … c’est à ce moment que la magie opère : La cathédrale de Strasbourg s’offre à toi avec ses deux flèches, ses deux flèches qui ont toujours étaient là, pour toi, toutes aussi gothiques que flamboyantes!
Benoit Decque , novembre 2000 .
.