BENOIT DECQUE

.
—› CV / CONTACT
—› REPORTAGES VIDÉO
—›
REVUE DE PRESSE


TRAVAUX

—› PEINTURES
—› DESSINS
—› INSTALLATIONS PAYSAGÈRES
—› INSTALLATIONS URBAINES
—› INSTALLATIONS MURALES
—› INSTALLATIONS
—› PERFORMANCES
—› CURIOSITÉS
—› CURIOSITÉS ARCHITECTURALES


.



. . .


I

Petit traité des caresses à l'usage de l'amateur de grands paysages.


1: Le paysage ondoie, guider le regard.
2: Le paysage se cambre, susciter un geste de la main.
3: Le paysage frémit, oser une caresse.
Ondoiements, cambrures et frémissements animent nos paysages de ce mouvement lent et permanent que seul notre regard, accompagné d’un geste de la main, peut en saisir les fluctuations.
Un grand "tapis” de bois est “déroulé” dans le paysage, il en épouse et souligne la courbure. Perceptible depuis le sentier, il nous conduit par la pensée jusqu’à la première ligne de crête où deux gros chènes s’offrent à nous comme une porte sur le lointain.
Ce "dispositif" suscitera chez l’amateur de grands paysages un geste de la main, lent, ample, qui suivra la douceur de cette ligne, une caresse offerte au paysage.

• Installation paysagère.
• Dimensions: 94x4 m.
• Quantité: 54 stères de hêtre fendu.


Projet réalisé dans le cadre de:La fête de mai 2001, Gesvre (B)



.
Croquis premier
Land-art.