BENOIT DECQUE

.
—› CV / CONTACT
—› REPORTAGES VIDÉO
—›
REVUE DE PRESSE


TRAVAUX

—› PEINTURES
—› DESSINS
—› INSTALLATIONS PAYSAGÈRES
—› INSTALLATIONS URBAINES
—› INSTALLATIONS MURALES
—› INSTALLATIONS
—› PERFORMANCES
—› CURIOSITÉS
—› CURIOSITÉS ARCHITECTURALES


.



. . .



.

LE GRAND PARTERRE (2011)
Figure conclusive pour la composition paysagère du Parc du Château d’Idron.
64320 IDRON


.
PROJET NON RETENU

Ce «GRAND PARTERRE» s’incrit dans le mouvement général de la composition paysagère du Parc du Château d’Idron. Il la complète, et par sa position et sa forme en assure la conclusion.
Il tient sa forme semi-elliptique de la surface engazonnée située devant le Château: Il s’y s’incrit parfaitement.
Le «GRAND PARTERRE» se présente sous forme d’un grand parquet de bois de couleur rose, il est perforé suivant des motifs qui pourraient s’apparenter aux parterres de fleurs ornementaux, ces multiples perforations laisseront émerger et se développer l’herbe ordinaire - ce bel ordinaire - présente sur le site, en toute liberté… Chaque plant de cette herbe ordinaire sera maintenant considéré comme autant de bouquets magnifiques.
Le «GRAND PARTERRE» est situé devant le Château, d’où on en aura une vue d’ensemble. Une «allée» du même bois et même couleur y conduit à travers le gazon.
Le «GRAND PARTERRE» sera praticable. Le public pourra y marcher, y danser, y pic-niquer, y implanter des parasols… y faire du patin à roulettes…: «Tandis que des enfants s’amusent au parterre»…
Le parquet sera fait de planches de pin de 4m de long, de 20cm de large et de 27 mm d’épaisseur montées sur un voligeage fixé au sol par des crampons métalliques.
.
La couleur choisie sera la complémentaire de la synthèse des verts environnants. Ce rose sera déterminé définitivement en fonction du site, ce sera une peinture acrylique industrielle.
La plus grande dimension de la demi-ellipse fera entre 20 et 24m, son diamètre fera entre 18 et 20m. La surface sera de l’ordre de 300m2 et le volume de bois de l’ordre de 10m3. L’«allée» fera 1,20m de large et une vingtaine de mètres de long. La forme semi-elliptique et ses dimensions définitives seront ajustées en relation avec le site.
Sur le document présenté, les perforations sont réparties suivant une trame régulière et orthogonale, elles pourront être sujettes à adaptations autant dans le motif qu’elles dessineront, que dans leur forme, dimension et répartition. Une répartition aléatoire est envisageable.
Le robustesse du matériau et de sa mise en œuvre assureront à l’ensemble la pérennité requise.
Cette proposition s’inscrit dans la grand tradition des parcs et jardins des demeures et châteaux. Dans cette tradition, chaque architecture était accompagnée de son prolongement extérieur: un parvis, une pièce d’eau, un ensemble d’allées convergentes, un parterre de fleur. C’est bien ce parterre que la présente proposition évoquera.
Cette proposition s’inscrit aussi dans la continuité de certains de mes travaux antérieurs qui se développent sous forme de parterres:
MISE EN EAU (1998)
Le miroir brouillé (2002)
La Chambre rose (2009)
Le parterre de Rose(S) (2010)…
Enfin, elle s’inscrit dans les pratiques bien repérées du «Land Art»: ce «GRAND PARTERRE» ne sera pas sans évoquer les «iles nénuphars» d’un Christo, les grands gestes d’un Robert Smithson, les parterres minimalistes d’un Carl André…
.